Nous utilisons des cookies afin de vous rendre la navigation sur notre site Web plus agréable. Afin de respecter la Directive relative à la Confidentialité Electronique, nous devons vous demander l’autorisation de mettre en place ces cookies.

Recruteurs

Sanofi va créer une entité indépendante consacrée à la production de principes actifs en Europe

Publiée le: 24.02.2020
 
(Par Marion-Jeanne LEFEBVRE)
 
PARIS, 24 février 2020 (APMnews) - Sanofi a annoncé lundi la création d'ici 2022 d'une entité indépendante regroupant ses activités de développement, de production et de commercialisation de principes actifs pharmaceutiques s'appuyant sur six usines en Europe, afin de développer l'activité de façonnage pour tiers.
 
Les sites concernés sont ceux de Brindisi (Italie), Francfort Chimie (Allemagne), Haverhill (Royaume-Uni), Ujpest (Hongrie), Saint-Aubin-lès-Elbeufs (Seine-Maritime) et Vertolaye (Puy-de-Dôme).
 
La nouvelle entreprise comptera 3.100 employés et devrait devenir dès sa création le "n°2 mondial du marché" de la production et la vente de principes actifs derrière le suisse Lonza, avec un chiffre d'affaires annuel d'un milliard d'euros, selon Sanofi.
 
L'entité prendra la forme d'une société juridique européenne autonome dans cinq pays, dont le siège social sera basé France, et disposant de forces commerciales dans une quinzaine de pays dans le monde.
 
Sanofi conservera 30% du capital de la société, qu'il souhaite introduire en Bourse en 2022 "en fonction des conditions de marché". "Nous voulons rester un acteur de long terme, aux côtés de nouveaux partenaires institutionnels, notamment en France, et d'investisseurs", a expliqué lundi Philippe Luscan, directeur industriel de Sanofi, lors d'une conférence de presse téléphonique organisée à la suite de cette annonce. Il a notamment évoqué la présence possible au capital d'acteurs tels que Bpifrance.
 
"Nous nous engageons aussi à rester le premier client de cette nouvelle entité avec un contrat d'approvisionnement exclusif pour certaines de nos molécules de cinq ans renouvelables", a-t-il indiqué.
 
Les six sites produisent aujourd'hui un portefeuille de près de 200 produits et "un peu plus de la moitié" de leur production est vendue à 600 laboratoires tiers. "Cette partie pourrait s'accroître de l'ordre de 6% par an", a indiqué Philippe Luscan.
 

Une croissance qui pourrait atteindre 10%

 

L'activité de production et de vente de principes actifs croît depuis "plusieurs années" de 3% par an au sein de Sanofi. "Nous pensons que cette entité est bridée dans son développement et qu'en la libérant de Sanofi nous pourrons doubler la croissance, voire atteindre les deux chiffres de croissance annuelle", a expliqué Philippe Luscan. "Tant que l'activité est dans le giron de Sanofi, les laboratoires ne viennent pas pour produire leurs nouveaux médicament", a-t-il développé.
 
Le dirigeant s'est montré confiant sur le fait que la production européenne va encore davantage se développer dans les prochaines années. Il a affirmé recevoir "depuis 15 jours, des appels de clients qui connaissent des ruptures" en raison notamment de l'épidémie de coronavirus en Asie, où sont produits à ce jour quelque 60% des substances actives.
 

La production chimique interne orientée vers les thérapies innovantes

 

"Nous sommes un des acteurs industriels de premier plan depuis toujours et nous pensons qu'il y a de la place pour une industrie européenne à condition d'avoir les compétences", a-t-il expliqué, pointant le "delta de compétitivité qui se resserre" entre l'Asie et l'Europe, "avec la montée des normes de qualité et environnementale en Asie". "On voit bien que notre base européenne est devenue un atout et cela fait des mois que l'on réfléchit à comment en faire un élément de stratégie", a-t-il résumé.
 
Philippe Luscan a affirmé que Sanofi n'abandonnait pas pour autant la production chimique de ses médicaments, assurée par cinq usines qui "restent dédiées au portefeuille de Sanofi et à nos nouveaux médicaments". Dans un communication interne, à laquelle APMnews a eu accès, il indique que "les activités chimiques conservées au sein de Sanofi concentreront principalement leurs ressources et leurs compétences sur des thérapies innovantes comme les produits de médecine de spécialité".
 
Le dirigeant a par ailleurs rencontré les partenaires sociaux dans l'après-midi. "Les salariés [de la nouvelle entité] conserveront le même statut social et les avantages", a-t-il assuré lors de la conférence de presse. Il leur sera également proposé un plan d'actionnariat. "Nous allons nous engager dans des garanties sociales dont nous discuterons en détail", a-t-il indiqué.
 
L'action Sanofi a reculé de 1,9% à 91,57 euros lundi à la Bourse de Paris. L'indice CAC 40 dans son ensemble, affecté par l'extension de l'épidémie à coronavirus, a pour sa part cédé près de 4% pendant la même séance.
 
mjl/eh/APMnews
[MJL7Q67QOT]
 

Toutes les news