Nous utilisons des cookies afin de vous rendre la navigation sur notre site Web plus agréable. Afin de respecter la Directive relative à la Confidentialité Electronique, nous devons vous demander l’autorisation de mettre en place ces cookies.

Recruteurs

L'hôpital Saint-Joseph de Marseille a dégagé un excédent en 2018 grâce à l'ouverture de lits (directrice générale)

Publiée le: 26.08.2019
 
(Par Sylvain LABAUNE)
MARSEILLE, 26 août 2019 (APMnews) - L'hôpital Saint-Joseph de Marseille a dégagé en 2018 un excédent financier grâce à une bonne dynamique d'activité liée notamment à des ouvertures de lits, a indiqué jeudi à APMnews la directrice générale, Sophie Dostert.
 
L'hôpital Saint-Joseph de Marseille, établissement de santé privé d'intérêt collectif (Espic), compte 795 lits et places de médecine, chirurgie et obstétrique dans le VIIIe arrondissement. Sa maternité réalise le plus grand nombre d'accouchements (près de 5.000 par an) de Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca).
 
Il s'est rapproché en juin d'un autre Espic marseillais, l'Hôpital européen (610 lits et places) dans le IIIe arrondissement. Les deux établissements sont gérés depuis par l'association Audéam et dirigés par Sophie Dostert (cf dépêche du 08/07/2019 à 12:43).
 
L'excédent enregistré en 2018 est de 1,99 million d'euros (M€) au compte principal sur un budget de 269 M€, soit 0,7% des produits. Les comptes 2018 ont été certifiés sans réserve en mai par le cabinet Origa Group.
 
Ce résultat comprend 1,2 M€ de résultats exceptionnels correspondant "aux mesures de fin d'année dont le déblocage du coefficient prudentiel", a expliqué Sophie Dostert.
 
Sans ces résultats exceptionnels, le compte principal pour 2018 est légèrement déficitaire (-171.000 €). D'une manière générale, "nous construisons des budgets extrêmement pessimistes parce que nous n'avons aucune visibilité sur les tarifs. Mais nous sommes tout de même satisfaits car l'on fait partie de ces établissements qui arrivent à sortir du résultat net positif", a-t-elle poursuivi.
 
En 2017, l'hôpital Saint-Joseph de Marseille avait clos l'exercice avec un déficit de 773.000 € sur un budget d'exploitation de 262 M€ (cf dépêche du 05/07/2018 à 20:00 et dépêche du 20/04/2018 à 18:07).
 
L'excédent financier de 2018 est porté par une activité "plutôt dynamique" avec une hausse globale de 2% en 2018, a indiqué la directrice générale. L'hospitalisation complète a augmenté de 2,3% (57% des séjours) et l'ambulatoire de 2,8% (26% des séjours). L'établissement a comptabilisé 39.795 entrées en médecine, chirurgie, obstétrique (MCO), 28.490 journées en hôpital de jour, 389.400 consultations (374.300 en 2017), 4.924 naissances (4.861 en 2017) et 29.420 passages aux urgences adultes (28.665 en 2017).
 
Cette hausse s'explique, "dans les grandes lignes", par les "effets de report en 2018 de recrutements de nouveaux médecins notamment en chirurgie cardiaque, orthopédie et vasculaire", poursuit-elle.
 
En médecine, "l'impact le plus important a été l'ouverture de 15 lits de néphrologie", après le transfert à Saint-Joseph d'une activité de dialyse de la société Diaverum. Par ailleurs, "nous avons eu 10 lits de réanimation médicale polyvalente supplémentaires par rapport à 2017", continue Sophie Dostert.
 
Croissance soutenue au premier semestre 2019
 
La dynamique d'activité s'est accélérée sur les premiers mois de 2019 avec une hausse, "de janvier à fin juin", de 3,5% des entrées (dont +2,3% en hospitalisation complète et +4,3% en ambulatoire) et de 5% des passages aux urgences adultes, révèle la directrice générale.
 
"L'activité est en hausse dans tous les secteurs en particulier en médecine et aux urgences adultes à l'instar des autres établissements", sachant que "les urgences de Saint-Joseph ont un profil plus médical notamment pour la prise en charge des personnes âgées", précise-t-elle.
 
Malgré cette croissance soutenue, les prévisions de l'état prévisionnel des recettes et des dépenses (EPRD) pour 2019 restent inchangées et tablent sur un résultat financier "à l'équilibre".

Poursuite des travaux d'extension

 

L'hôpital Saint-Joseph a planifié 17 M€ d'investissements en 2019, après 16 M€ en 2018.
 
L'opération "la plus significative" est "une extension d'un de nos bâtiments pour la création d'un bloc d'endoscopie". Les travaux ont commencé en début d'année pour une ouverture en mars 2020, souligne Sophie Dostert.
 
D'autres travaux ont débuté en 2019 et devraient se terminer au second semestre 2020, il s'agit d'une extension du service de chirurgie ambulatoire, la réfection complète de l'accueil de l'hôpital et la restructuration de la cafétéria.
 
Aux urgences adultes, la 2e phase des travaux de rénovation a été lancée pour "revoir toutes les conditions d'accueil et d'attente des patients et accompagnants" après une 1ère phase achevée en 2018.
 
En néonatologie, le service a été restructuré. Il est équipé depuis juin de chambres "bébé parents" dans lesquelles les parents ont la possibilité de passer la nuit avec le nourrisson, développe la directrice générale.
 
"Parallèlement à ces travaux divers, nous poursuivons notre campagne de réfection de services notamment des peintures dans les chambres pour une ambiance plus chaleureuse", précise-t-elle.
 

Mise en oeuvre du nouveau schéma directeur immobilier

 

Par ailleurs, l'hôpital Saint-Joseph met en oeuvre en 2019 son nouveau schéma directeur immobilier qui prévoit 100 M€ d'investissements, divisés en 3 phases, pour une durée de "7 à 8 ans", annonce Sophie Dostert.
 
La 1ère phase a démarré cette année par des études et doit s'achever d'ici 2 ans par: "l'extension de blocs opératoires du bâtiment de Vernejoul et la restructuration de toutes les explorations fonctionnelles et des soins externes", ainsi que la "restructuration des imageries qui sont éclatées sur plusieurs sites pour les regrouper dans une extension".
 
La 2e phase correspond à la construction d'un bâtiment de consultations et d'hébergement "en lieu et place d'un parking". La 3e phase prévoit une "extension en façade Nord afin de finir la restructuration des hébergements pour augmenter le nombre de chambres particulières, finir le lien entre imagerie et bloc opératoire qui sera nécessaire dans les années à venir, et favoriser l'extension des urgences adultes sur le boulevard Louvain pour les rendre plus accessibles", poursuit-elle.
 
A noter que de nombreuses "opérations de réhabilitation de l'hôpital sont incluses tout au long de ces tranches dans les 100 M€ d'investissements", précise la directrice générale.
 
Concernant le financement du schéma directeur immobilier, "nous ne sollicitons pas d'aides Copermo [comité interministériel de performance et de la modernisation de l'offre de soins]". L'Espic bénéficie depuis 2017 d'une aide de 15 M€ du conseil départemental des Bouches-du-Rhône répartie sur 3 exercices (2017, 2018 et 2019) pour la rénovation des urgences adultes et de la néonatologie (achevée en juin).
 
syl/ab/APMnews
[SYL7PWOUUG]
 

Toutes les news