Nous utilisons des cookies afin de vous rendre la navigation sur notre site Web plus agréable. Afin de respecter la Directive relative à la Confidentialité Electronique, nous devons vous demander l’autorisation de mettre en place ces cookies.

Recruteurs

Formation des médecins au management: des établissements et des fédérations à la manoeuvre

Publiée le: 24.05.2019
(Par Sabine NEULAT-ISARD à la Paris Healthcare Week)
 
PARIS, 24 mai 2019 (APMnews) - Des établissements hospitaliers et une fédération hospitalière régionale se sont saisis de la question de la formation des médecins au management, comme le montrent les exemples du CHU de Bordeaux, de la FHF Nouvelle-Aquitaine et du groupement de coopération sanitaire (GCS) Hugo, qui ont été exposés lors de la Paris Healthcare Week jeudi.
 
"La formation au management médical est un des enjeux annoncés par le président de la République en septembre 2018, lors de son discours pour annoncer la stratégie 'Ma Santé 2022'", a rappelé Marie Houssel, responsable du pôle ressources humaines de la Fédération hospitalière de France (FHF), lors d'une agora Attractive Med organisée sur le stand de la fédération.
 
En Nouvelle-Aquitaine, la démarche a commencé tout d'abord au CHU de Bordeaux, a relaté Nathalie Heulin, directrice de la FHF régionale. Le dispositif de formation a été construit par les médecins avec l'appui institutionnel du CHU, a-t-elle précisé en insistant sur l'importance d'un tel engagement de la part de l'établissement.
 
A l'origine du projet figurent des demandes récurrentes de formation au management émanant des médecins, qui se sentaient de plus en plus préoccupés par les problèmes de qualité de vie au travail (QVT), a-t-elle expliqué.
 
Par ailleurs, le décret de mars 2016 sur les commissions médicales d'établissement (CME) a été vu comme une "opportunité" pour former les médecins chefs de pôle ou chefs de service, c'est-à-dire ceux qui se retrouvaient en situation de management.
 
Plusieurs objectifs ont été fixés pour le projet, notamment de "mieux identifier les enjeux", de "s'adapter aux organisations pour améliorer la QVT et prévenir les risques psycho-sociaux (RPS)". Un autre but était de "développer la collaboration entre managers médicaux et non médicaux" en se disant que le "management était aussi une affaire de médecins" et que cette évolution pouvait être un levier pour l'attractivité médicale, a ajouté Nathalie Heulin.
 
La formation a été organisée autour de 4 modules qui portent sur le management stratégique (avec l'intervention de consultants), le management des équipes, la gestion des conflits (comprendre les mécanismes déclencheurs et savoir gérer), et la QVT et les RPS (identification des risques, comment se manifestent les signes, comment améliorer la QVT...) sachant que ce dernier module est pris en charge dans le cadre du développement professionnel continu (DPC).
 
Chaque module dure 2 jours, soit 8 jours étalés sur une année.
Ce dispositif a permis de former "plus de 200 médecins", a souligné Nathalie Heulin.
 
Une démarche proposée aux médecins des centres hospitaliers
 
La Nouvelle-Aquitaine comptant environ 70 hôpitaux, la fédération hospitalière régionale veut promouvoir un dispositif auprès des autres médecins hospitaliers, notamment les praticiens des centres hospitaliers (CH). "On s'est intéressés aux dispositifs qui existaient tant sur le plan national que régional et celui du CHU de Bordeaux nous est apparu adapté aux problématiques rencontrées par les praticiens."
 
La fédération a donc coordonné et impulsé la démarche au niveau régional et lui apporte aujourd'hui un soutien financier. Elle finance ainsi un des 4 modules, pour un montant de 400 euros. Le module relatif à la QVT étant pris en charge dans le cadre du DPC, il ne reste aux établissements qu'à financer 2 modules, soit un coût de 800 euros, a relevé Nathalie Heulin.
 
Elle a précisé qu'il revenait aux médecins de se porter volontaires pour participer à la formation, en ayant l'accord de leur établissement puisque c'est eux qui financent une partie.
 
L'enveloppe de la FHR étant définie, elle a limité la démarche à 50 médecins au niveau régional et à 5 par établissement.
 
"Nous sommes au début du dispositif et avons une dizaine de médecins qui se sont inscrits", a précisé la directrice.
 
Elle a ajouté que la fédération envisageait de réaliser, avec un partenaire extérieur, une évaluation du projet pour mesurer l'acculturation managériale et voir dans les services ce que la formation a apporté et de quelle manière la qualité de vie a été améliorée.
 

L'école de management Hugo
 

Le GCS Hugo, qui a pour membres 6 CHU ou CHR, 2 CH et un CLCC, implantés en Pays de la Loire, Centre-Val de Loire et Bretagne (cf dépêche du 26/06/2018 à 19:17), a observé, à partir de 2015-2016, que les responsables hospitaliers universitaires se retrouvaient, outre leur triple mission, en position de management sur des sujets stratégiques pour leur établissement alors que leur formation initiale et continue ne les conduisait pas à cela, a relaté la directrice des affaires médicales du CHU d'Angers, Elsa Livonnet.
 
C'est de cette observation et de la volonté d'Hugo de fédérer les professionnels du Grand Ouest qu'est venue l'idée de l'école de management Hugo en 2016.
 
Elle a été créée sur la base d'une convention partenariale avec l’Ecole de management des médecins des hôpitaux (Emamh). Lancée en 1991 à l’initiative de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris, l'Emamh propose à l’ensemble des praticiens et cadres supérieurs hospitaliers plusieurs dispositifs de formation modulaires en management hospitalier et en sciences médicales.
 
Pour l'école de management Hugo, le partenariat a été conclu sous deux angles: celui du management et de la gestion, notamment la gestion des conflits ou des difficultés à emmener une équipe, et celui de la politique de santé afin de "familiariser les responsables médicaux sur ce qui se passe dans les structures hospitalières depuis la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) jusqu'à la déclinaison dans les services, en passant par les contrats de pôle, les discussions en directoire, les débats en CME, les enjeux de la négociation avec l'ARS [agence régionale de santé]".
 
La formation dure 20 jours, étalés sur une année universitaire, au cours de laquelle les participants doivent rédiger un mémoire qu'ils doivent soutenir en fin de cycle.
 
Lors de ces sessions, il y a un formateur spécialisé de l'Emamh, un binôme pédagogique, des consultants extérieurs et des intervenants du site. Par exemple, si un module finances figure au programme de la journée, le directeur des finances de l'établissement interviendra, a souligné Elsa Livonnet.
 
A ce jour, 66 médecins, pharmaciens et odontologistes ont suivi cette formation.
 
"Ce qui a été très important pour eux, est l'attelage avec une grande école puisque l'Emamh est associée à l'école des mines de Paris", a indiqué la directrice. "Pour des professions médicales et scientifiques, c'est important d'avoir une approche scientifique de grande école, qui complète l'approche clinique et de recherche".
 
Interrogée sur les perspectives, Elsa Livonnet a indiqué que la formation disposait des évaluations Emamh "qui nous invitent à maintenir certains éléments, à en renforcer d'autres, à en adapter".
 
Le sujet de la formation Emamh a été évoqué lors du séminaire annuel d'Hugo qui s'est tenu en mars, a-t-elle rappelé (cf dépêche du 06/03/2019 à 09:28). La question "a été articulée avec Ma santé 2022 pour voir en quoi le management médical devient un sujet en soi, et avec des travaux menés par la conférence des directeurs généraux de CHU sur ce sujet".
 
Si les évolutions apportées à la formation ne sont pas encore définies, Hugo a comme idée de proposer des formats plus courts que 20 jours sur des thématiques précises, toujours assumées par un enseignement de haut niveau, et qui s'ajouterait au cursus plus long.
 
Hugo s'interroge aussi sur la formation "scientifique et clinique des directeurs du fait de l'évolution des techniques médico-chirurgicales et biologiques".
 
En complémentarité avec ce qui existe dans les établissements, il réfléchit aussi à un éventuel institut interrégional de management.
 
san/nc/APMnews
[SAN8PRYM19]

Toutes les news