Nous utilisons des cookies afin de vous rendre la navigation sur notre site Web plus agréable. Afin de respecter la Directive relative à la Confidentialité Electronique, nous devons vous demander l’autorisation de mettre en place ces cookies.

Recruteurs

Paramédicaux hospitaliers en intérim: les salaires ont crû de moins de 2% en 2018 dans la plupart des métiers (L'Appel médical)

Publiée le: 15.05.2019
PARIS, 15 mai 2019 (APMnews) - Les salaires bruts moyens des métiers du bloc opératoire et ceux du soin et de l'assistance ont enregistré une croissance de moins de 2% en 2018, excepté pour les infirmiers de bloc opératoire diplômés d'Etat, selon le baromètre annuel des salaires de la santé présenté mercredi par L'Appel médical.
 
Cette étude, diffusée mercredi et "basée sur les salaires réels constatés", concerne 13 professions paramédicales dans 6 secteurs (métiers du soin et de l'assistance, du bloc opératoire, de la petite enfance, de la pharmacie et du laboratoire d'analyse, de la rééducation, ainsi que du handicap).
 
Ce 8e baromètre est fondé sur l'analyse de 822.996 fiches de paie d'intérimaires Appel Médical (groupe Randstad). "La règle imposant qu’un intérimaire soit rémunéré au même niveau qu’un salarié titulaire garantit une bonne représentativité des salaires", fait-il valoir.
 
L'étude porte sur le salaire brut mensuel, mais pas sur les congés payés (10%), ni les indemnités de fin de mission (10%) et primes variables.
 
La précédente édition avait notamment montré une forte hausse des salaires bruts en 2017 pour les infirmières de bloc opératoire diplômées d'Etat (Ibode) et les infirmières anesthésistes diplômées d'Etat (Iade), de 3,7% et 3,6% respectivement (cf dépêche du 18/05/2018 à 13:29).
 
Concernant les métiers du bloc opératoire, du côté des Ibode, le salaire a augmenté de 2,2% en 2018 à 3.364 € bruts mensuels en moyenne. C'est la plus forte revalorisation salariale des métiers du secteur hospitalier et du soin, note-t-on. C'était déjà le cas en 2017. Dans le détail, les Ibode ont vu leur salaire croître en 2018, de 3,4% dans le public à 3.282 €, de 2,1% dans le privé à 3.474 € et de 0,3% dans le secteur associatif à 3.393 €.
 
Les Iade ont quant à eux enregistré en 2018 une hausse de 1,1% de leur salaire à 3.988 € bruts mensuels en moyenne. Dans le détail, il a crû de 1,4% dans le public (à 3.954 €), de 1,7% dans le privé (4.061 €), mais reculé de 0,2% dans le secteur associatif à 4.056 €.
 
Du côté des métiers du soin et de l'assistance, les infirmiers diplômées d'Etat (IDE) ont vu leur salaire brut mensuel augmenter de 1,6% en moyenne en 2018 à 2.289 €. L'Appel médical juge cette revalorisation "modeste". L'édition précédente évoquait une hausse de 1,5% en 2017.

En 2018, le salaire des IDE dans le public, "souvent confronté à l’urgence des remplacements", a crû de 3,4% à 2.300 €. Il a augmenté de 1% dans le privé à 2.255 € et de 0,2% dans le secteur associatif à 2.313 €. Le salaire des IDE dans le public dépasse désormais en 2018 celui des IDE dans le privé. Il s'agit de la première profession de santé en France avec 650.000 employés, note l'Appel médical.
 
Les aides médico-psychologique voient quant à eux leur salaire croître de 0,9% à 1.778 €, connaissant "la plus faible revalorisation salariale" dans le secteur, comme en 2017.
 
Le salaire brut mensuel des aides-soignants a crû de 1,4% en 2018 à 1.769 € en moyenne, contre 1,3% en 2017, selon la précédente édition. En 2018, les aides-soignants ont connu une hausse de leur salaire brut de 1,4% à 1.876 € dans le public, de 0,5% dans le privé à 1.691 € et de 1,7% dans l'associatif à 1.761 €.
 
A l'instar des infirmiers, "la pénurie de profils disponibles et les tensions qui en résultent sur le marché du travail se répercutent modérément sur leur bulletin de salaire", note l'Appel médical.
 

Pharmacie et laboratoire d’analyses: 1,8 à 2,2% de hausse en 2018
 

Concernant les métiers de la pharmacie et du laboratoire d’analyses, le salaire brut moyen a progressé de 2,2% pour les préparateurs en pharmacie en 2018 à 2.094 €. Les pharmaciens d'officine sont toujours les mieux payés du secteur, avec 3.490 euros (+1,8% sur un an).

Les techniciens de laboratoire d'analyses médicales ont quant à eux bénéficié d'une croissance de 2% de leur salaire brut à 1.978 € la même année.
 
Les masseurs-kinésithérapeutes ont vu leur salaire brut croître en moyenne de 1,3% en 2018 à 2.690 €.
 
Dans les métiers du handicap, les éducateurs spécialisés ont enregistré en moyenne une forte augmentation en 2018 (+ 5,5% à 2.208 €). C'est la plus forte hausse constatée dans le baromètre.
 
A noter que l'inflation était de 1,8% en 2018, selon les données de l'Insee.

jyp/ab/APMnews
 
[JYP6PRJF8L]

Toutes les news