Nous utilisons des cookies afin de vous rendre la navigation sur notre site Web plus agréable. Afin de respecter la Directive relative à la Confidentialité Electronique, nous devons vous demander l’autorisation de mettre en place ces cookies.

Recruteurs

"Un recruteur peut s’inquiéter des trous dans un CV"

Publiée le: 06.03.2019

Interview
Laure Hericher, responsable du pôle emploi/formation à l'Établissement français du sang d'Ile-de-France
 
"Un recruteur peut s'inquièter des trous dans un CV"
 
Comment évaluez-vous les compétences professionnelles sur un CV ?

A l’EFS, on embauche essentiellement des métiers réglementés. Le recrutement d’un junior se fait évidemment au regard de ses diplômes, qui sont essentiels et constituent le socle théorique indispensable. Ainsi, on sait par exemple qu'un jeune titulaire du BTS analyses de biologie médicale est rapidement opérationnel car sa formation est adaptée à notre activité. Et que c'est moins le cas pour un jeune ayant obtenu un BTS bioanalyses et contrôle. Quand on recrute un salarié plus expérimenté, on regarde bien sûr le dernier poste occupé. Mais l’ensemble de son parcours entre aussi en ligne de compte. L’expérience du candidat nous permet alors d’évaluer ses compétences.
 
Comment faut-il bâtir son CV pour mettre en avant son expertise ?

Le candidat ne doit pas se contenter de mentionner l'intitulé des postes occupés. Il faut qu'il présente, de manière synthétique, les principales missions qu'il a effectuées. En veillant à être le plus précis possible. Indiquer qu'on a fait de l'encadrement d'équipe, c'est bien. Préciser que l'équipe était composée de 20 collaborateurs répartis sur plusieurs site, c'est mieux. À la lecture du CV, le recruteur doit comprendre dans quels univers vous avez évolué, et quelle expertise vous avez acquise.
 
Mais pour un senior, le CV va vite faire deux pages...

Ce n'est pas un problème, à condition que vos 20 ans d'expérience le justifient. Mieux vaux un CV de deux pages qui donne des éléments précis sur votre parcours qu'un CV trop succinct qui donne de vous une image floue.
 
Est-ce un handicap si j'ai toujours travaillé dans la même entreprise ou si, au contraire, j'en ai beaucoup changé ?

On ne se pose pas la question du nombre d'employeurs, mais de la richesse et de la cohérence du parcours. Si vous avez toujours travaillé dans la même société, mais que vous y avez régulièrement évolué, ce n'est pas un problème. Si vous avez beaucoup bougé, ça n'est pas non plus un handicap à condition que votre parcours soit cohérent, qu'on puisse comprendre vos choix. Un recruteur peut en revanche s'inquiéter des trous dans un CV. Il faut alors que le candidat soit capable d'apporter un éclairage sur ses interruptions de parcours.
 
Comment le candidat doit-il parler de ses expériences en entretien ?

Un recrutement, j’insiste, doit se préparer. Le candidat doit d'abord être capable de faire un bref résumé de son parcours professionnel, de façon claire, en faisant ressortir ce qu'il sait faire. En effet, lors de l’entretien, le recruteur cherche à confronter le candidat à ce qu'il affirme dans son CV. Il va lui demander de fournir des exemples concrets, de détailler des réalisations dont il est fier, de raconter des situations difficiles qu'il a eues à gérer. Le but n'est pas de le piéger. Mais de valider ses compétences professionnelles et ses savoir être.
 
 
Propos recueillis par Stéphane Béchaux

Toutes les news