Nous utilisons des cookies afin de vous rendre la navigation sur notre site Web plus agréable. Afin de respecter la Directive relative à la Confidentialité Electronique, nous devons vous demander l’autorisation de mettre en place ces cookies.

Recruteurs

Les Ehpad en mal de personnel

Publiée le: 11.01.2019

Cherche salariés désespérément ! En 2015, 44% des 7400 établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) déclaraient rencontrer des difficultés de recrutement. Un taux très élevé, qui varie avec le statut juridique de l'employeur, si l'on en croit les chercheurs de la Drees, la direction statistique du ministère de la santé, qui ont conduit une enquête poussée sur le sujet. Ainsi, "seuls" 35% des Ehpad publics hospitaliers disent peiner à embaucher le personnel dont ils ont besoin. Alors qu'ils sont 49% dans ce cas lorsqu'on interroge les structures privées, qu'elles soient à but lucratif ou non lucratif.
 
Tous les métiers ne sont pas touchés avec la même intensité par ces pénuries. Les professionnels qu'on s'arrache le plus ? Les médecins coordinateurs. Un établissement sur dix  – et 13,4% des Ehpad publics non hospitaliers –  affirme avoir des postes non pourvus sur ce type d'emploi. Autres travailleurs très recherchés, les aides-soignants. Plus de 9% des Ephad disent avoir des postes vacants, un taux qui grimpe jusqu'à près de 16% dans les établissements privés à but lucratif. Hélas pour les Ehpad concernés, ces difficultés sont récurrentes : les établissements en manque de personnel sont aussi ceux qui peinent à les garder. "On peut supposer que les facteurs à l'origine des difficultés de recrutement sont les mêmes que ceux qui causent un turn-over élevé, ou que des conditions de travail plus difficiles en sous-effectif conduisent plus souvent le personnel à quitter l'établissement", observe ainsi la Drees.
 
L'implantation géographique de l'établissement joue aussi un rôle clé dans les éventuelles difficultés d'embauche.  Les localisations les moins favorables ? Les communes isolées, loin de tout pôle urbain. Ou, à l'inverse, les grandes zones urbaines, et tout particulièrement celle de Paris. Dans ces territoires, les problématiques se posent différemment selon la profession soignante considérée. "En milieu rural, les difficultés de recrutement concernent en premier lieu les médecins coordonnateurs (...). Les Ehpad implantés au sein de grandes aires urbaines ont, eux, davantage de difficultés à recruter des aides-soignants", relèvent les chercheurs de la Drees. À noter que les établissements de l'agglomération parisienne sont particulièrement touchés par le phénomène. Outre les aides-soignants, ces derniers manquent également cruellement d'infirmiers puisque un sur dix déclare avoir des postes non pourvus dans cette catégorie d'emploi.

Toutes les news