Nous utilisons des cookies afin de vous rendre la navigation sur notre site Web plus agréable. Afin de respecter la Directive relative à la Confidentialité Electronique, nous devons vous demander l’autorisation de mettre en place ces cookies.

Recruteurs

Santé au travail dans la FPH: les agents exposés à plusieurs facteurs de risque (rapport sur l'état de la fonction publique)

Publiée le: 14.11.2018

PARIS, 14 novembre 2018 (APMnews) - L'édition 2018 du rapport annuel sur l'état de la fonction publique passe en revue plusieurs indicateurs sur les conditions de travail des agents, montrant que ceux de la fonction publique hospitalière (FPH) cumulent plusieurs facteurs de risque.
 
Ce rapport, mis en ligne sur le portail de la fonction publique, présente dans une première partie les actions conduites et les réformes en cours en matière de politiques et de pratiques des ressources humaines dans la fonction publique, et dans une deuxième partie un panorama chiffré sur la situation des trois versants sur le plan de l'emploi (cf dépêche du 16/03/2018 à 14:14), de la formation (cf dépêche du 22/06/2017 à 17:15), de la retraite (cf dépêche du 12/11/2018 à 10:05), des salaires (cf dépêche du 29/03/2018 à 15:44), du temps, des conditions de travail et de la politique sociale.
 
Dans le domaine des conditions de travail, le rapport relève que, comme les agents de la fonction publique d'Etat (FPE), ceux de la FPH sont plus souvent soumis à des horaires atypiques et à des contraintes horaires que l’ensemble des agents.
 
En particulier, "les horaires alternants (travail en équipe, 2x8, 3x8 ou plus) et décalés (samedi, dimanche, matin tôt, soir, nuit) sont plus développés dans la FPH". Les agents de ce versant "sont, par ailleurs, plus souvent exposés aux contraintes de rythme de travail que ceux des autres versants et que les salariés du secteur privé: 42,5% déclarent subir en 2016 au moins trois contraintes de rythme contre 37,4% des salariés du privé, 25,4% des agents de la FPT [fonction publique territoriale] et 20,7% des agents de la FPE".
 
Selon l'enquête 2016 Conditions de travail-Risques psychosociaux (direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques -Dares-, direction générale de l'administration et de la fonction publique -DGAFP-, direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques -Drees- et Insee), 21,8% des agents de la FPH travaillent 40 heures ou plus par semaine et 35,7% "font des heures supplémentaires tous les jours ou souvent".
 
Le niveau des absences pour raison de santé diffère également selon le versant de la fonction publique. Ainsi, "les absences sont plus fréquentes dans la FPT et la FPH que dans la FPE et le secteur privé, quels que soient l’indicateur et la source retenus". Selon l’enquête Emploi 2017 de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), 3,9% des agents de la fonction publique -4,7% de ceux de la FPT et de la FPH- ont été absents au moins un jour au cours d’une semaine pour raison de santé (3,8% dans le privé).
 
L’enquête Conditions de travail-Risques psychosociaux 2016 met quant à elle en évidence que plus d’un agent sur trois de la fonction publique -38 % dans la FPH- a eu au moins un arrêt maladie dans l’année, contre 30% des salariés du secteur privé.
 
Selon la même enquête, les agents de la FPH sont plus souvent soumis à des pénibilités physiques. Ils déclarent plus souvent être exposés à au moins trois contraintes physiques dans leur travail (56,1%) que ceux de la FPE (19,2%) et de la FPT (32,0%) et que les salariés du secteur privé (34,4%). L’exécution de leur travail leur impose plus fréquemment de rester longtemps debout (69,2% des agents de la FPH), dans une posture pénible ou fatigante (41,1%), de porter ou déplacer des charges lourdes (62,4%) ou d’effectuer des mouvements douloureux ou fatigants (55,3%).
Plus de la moitié des agents de la FPH (52,6%) déclarent être en contact avec des produits dangereux et sont plus souvent exposés à des agents chimiques ou biologiques, d’après l’enquête Sumer 2010 (Dares, direction générale du travail -DGT et DGAFP) .
 
Concernant les relations de travail, 62,8% des agents de la fonction publique en 2016 déclarent être "aidés par leurs supérieurs hiérarchiques en cas de travail délicat ou compliqué", soit un peu moins que les salariés du secteur privé (67,4%). En revanche, les agents sont 78,2% à être "aidés par leurs collègues en cas de travail délicat ou compliqué", pour 86,8% dans la fonction publique et 94,8% dans la FPH.
 
En 2016, 24,3% des agents de la fonction publique déclarent avoir subi une "agression verbale de la part du public au cours des 12 derniers mois". C’est particulièrement le cas des agents de la FPH (33,4%). Au sein de la FPH, 35,9% des agents déclarent "devoir toujours ou souvent faire trop vite une opération qui demanderait davantage de soin" et 32% "ne pas ressentir la fierté du travail bien fait".
 
Par ailleurs, 19,1% des agents de la FPH déclarent "craindre pour leur emploi pour l’année qui vient" et 33,2% "craindre d’être muté à un autre poste de travail contre [leur] volonté". En 2016, 28,4% des agents la FPH disent avoir vécu un changement dans l’organisation du travail au sein de leur établissement.
 
 

Causes d'accidents du travail les plus fréquentes dans la FPH en 2015
 


Répartition des accidents de service et de trajet selon le type d'établissement de la FPH en 2016
 


Répartition des maladies professionnelles selon le type d'établissement de la FPH en 2016
 


Rapport annuel sur l'état de la fonction publique

mlb/ab/APMnews
[MLB3PI6TSX]

Toutes les news