Nous utilisons des cookies afin de vous rendre la navigation sur notre site Web plus agréable. Afin de respecter la Directive relative à la Confidentialité Electronique, nous devons vous demander l’autorisation de mettre en place ces cookies.

Recruteurs

Huit infirmiers de bloc opératoire (Ibode) sur dix confrontés à une tension quotidienne

Publiée le: 28.09.2018

PARIS, 28 septembre 2018 (APMnews) - Huit infirmiers de bloc opératoire diplômées d'Etat (Ibode) sur dix sont confrontés à une tension quotidienne, montre un sondage réalisé par le Syndicat national des infirmiers de bloc opératoire (Snibo), publié vendredi.
 
L'enquête, un questionnaire en ligne comportant 25 questions, a été diffusé par mail aux adhérents du Snibo et sur les réseaux sociaux. Du 15 novembre 2017 au 10 janvier 2018, 597 Ibode ont répondu, soit 8,2% des 7.245 des professionnels en exercice.
 
Parmi les sondés, 83% travaillaient dans un établissement public, 6,5% dans un établissement privé, 5,2% dans un établissement privé à but non lucratif, 2% en intérim, 0,7% à l'hôpital d'instruction des armées et 0,5% en laboratoire.
 
Plus de la moitié (55%) des Ibode se disent "plutôt pas satisfaits" ou "pas du tout satisfaits" de leurs conditions de travail. Et 58% d'entre eux sont "stressés au travail".
 
A l'affirmation "je suis confronté à une tension quotidienne", 47% des Ibode étaient "plutôt d'accord" avec cette affirmation et 35% étaient "tout à fait d'accord". Au total, 82% d'entre eux estiment que leur travail "exige d'aller vite" et 91% qu'il les oblige à se "concentrer intensément".
 
De plus, deux Ibode sur trois "ne sont pas satisfaits du mode de management", note le Snibo et selon 42% d'entre eux, ils ne disposent pas de suffisamment de matériel pour travailler en sécurité.
 
Enfin, 60% des Ibode estiment qu'ils "sont en sous-effectif dans leurs services" et un Ibode sur deux assure ne pas bénéficier des formations qu'il souhaite.
 
Près d'un sondé sur deux (44%) déclare avoir "déjà rencontré une situation […] qui aurait nécessité la présence d'un syndicat Ibode" et 45% "ressent le besoin d'une assistance juridique spécialisée".
 
Ces résultats, qui constituent "une base de travail", "méritent", pour certains "d'être approfondis ultérieurement", conclut le syndicat.
 
Laurence Boulou élue présidente du syndicat national des infirmiers de bloc opératoire
 
Laurence Boulou, infirmière de bloc opératoire diplômée d'Etat (Ibode) au CHU de Toulouse, est devenue présidente du Syndicat national des infirmiers de bloc opératoire (Snibo), le 15 septembre, a-t-elle annoncé à APMnews. Au total, 82 votants se sont exprimés en ligne pour élire Laurence Boulou qui a récolté 74% des voix.
 
 
Infirmière de bloc opératoire au CHU de Toulouse depuis 2008, la nouvelle présidente du syndicat, qui remplace Katia Barroy, a débuté sa carrière comme infirmière diplômée d'Etat en 1989. "Dans les mois qui arrivent, nous allons intensifier notre communication afin d'avoir une meilleure visibilité au niveau du public, de nos instances médicales et des pouvoirs publics nationaux" mais également "poursuivre notre assistance juridique pour défendre les droits des Ibode et les aider, les défendre dans leurs démarches juridiques", a indiqué Laurence Boulou à APMnews, qui rappelle "la demande forte des Ibode" d'une "véritable reconnaissance professionnelle" et d'une "revalorisation de notre profession".
 
 
Le Snibo a été créé par l'Union nationale des associations d'infirmiers de bloc opératoire diplômés d'Etat (Unaibode), spécialité qui ne disposait pas encore de syndicat spécifique, rappelle-t-on (cf dépêche du 06/04/2017 à 17:23).
 
af/san/APMnews
 
[AF9PFQ3E1]

Toutes les news